Camembert Museum

75 beurre-1ernv 

Société des Beurres "PREMIER" 23, rue de l'Armorique, Paris 15ème.Maison fondée en 1925 à Vincennes. Parmi ses actionnaires on peut citer les noms de Jean Guiguet et Maxime Falissard.


MERCREDI 17 OCTOBRE 2018 : Mise à jour de notre liste des fromageries du Maine-et-Loire (49), ainsi que des Codes des fromageries des Landes (40) Contribution de M & Mme Gérard. Historique de la Société Coopérative Agricole Beurrière d'Argentan (SCABA) & mise à jour de l'historique de la SADAC à Gacé et Paris. Histoire des étiquettes de la fromagerie Saint-Martial à Bourganeuf, dans la Creuse, par Maguy et Jean-Louis Rommevaux.


Scaba-01nv

SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE AGRICOLE BEURRIÈRE D’ARGENTAN  [BRIOUZE 61]

Dans les petites fermes du Pays d’Auge, il était de tradition que les producteurs fabriquent eux-mêmes leur propre beurre, avec le lait des quelques vaches laitières qui leur appartenaient. Cette petite production servait les besoins de la famille et les excédents étaient vendus sur les marchés de la région, comme Livarot, Vimoutiers ou Saint-Pierre-sur-Dives.

Ces produits étant très périssables, les acheteurs pouvaient, les premières chaleurs de l’été venues, leur imposer des prix souvent très défavorables. Afin d’y remédier à cette situation, et régulariser les cours, les producteurs vont s’associer et créer en 1950, la Société Coopérative Agricole Beurrière d’Argentan, dans le but de collecter et de commercialiser ce bon beurre normand. Très rapidement, pour des raisons commerciales, la collecte des crèmes fermières débute, ainsi que la fabrication de beurre pasteurisé.

En 1961, à la demande des sociétaires, le conseil d’administration décide d’organiser la collecte du lait et de l’accroitre afin de faire de leur société une unité de transformation moderne et économiquement viable. C’est ainsi que la collecte du lait est orientée vers le Bocage Ornais, car cette région se caractérisait alors par son sous-équipement sur le plan de la transformation, une vocation laitière beaucoup plus affirmée que celle de la plaine d’Argentan.

Scaba 03nv

En 1962, avec le soutien du Syndicalisme Agricole, la S.C.A.B.A. entreprend une collecte du lait autour de Briouze, dans un centre de ramassage provisoire. Deux ans plus tard, en 1964, un centre définitif est implanté, avec une importante beurrerie et des bâtiments administratifs. Le siège social est transféré d’Argentan à Briouze. La zone de collecte s’étend au Pays d’Auge, l’usine d’Argentan est alors fermée au profit d’un centre de ramassage et de pré-traitement du lait à Saint-Pierre-la-Rivière.

En 1965, la SCABA va conclure un accord avec Monsieur André Préel, fromager à Boucé (Orne), qui va céder sa zone de ramassage à la SCABA, et en contrepartie celle-ci va s’engager à lui fournir les quantités de lait nécessaires à la fabrication de ses fromages de camembert, le surplus de lait est livré à l’Union Laitière Normande. Cet accord va considérablement renforcer la collecte de la SCABA, en particulier autour de Carrouges. Un nouveau centre de ramassage et de pré-traitement du lait est implanté dans cette zone, il entrera en fonction à partir de mai 1966.

Scaba-04nv

De 1962 à 1967, la quantité de lait collectée va passer de 10 millions de litres à 57 millions. Un problème se pose : comment écouler une production en augmentation très rapide ? Pour Michel voisin, directeur de l’époque, cette forte expansion est source de nombreuses préoccupations qui sont d’ordre technique, financières, administratives, sociales et surtout commerciales. Traditionnellement, les produits fabriqués étaient vendus à des grossistes, demi-grossistes de la région parisienne, ainsi qu’à des représentants lyonnais et marseillais. Comme on peut le voir, le cadre commercial est étriqué et ne permet pas d’écouler toute la marchandise, d’où des ventes en vrac, moins rémunératrices que les ventes sous marques. La solution est alors de se joindre à Fromançais, né de l’initiative conjointe de quelques hommes dynamiques issus de la coopération laitière, avec l’Union Laitière Normande comme maître-d ’œuvre et noyau puissant.

Photos : Pierre Blanchon, Président (à gauche) & Michel Voisin, Directeur (droite)

En 1970, la SCABA va fusionner avec la Coopérative Agricole du Bocage Ornais, dont le siège social était situé à la Ferté-Macé. En 1971, la SCABA change de dénomination sociale et devient la Société Coopérative Agricole Beurrière et d’Approvisionnement.

En 1976, première fusion d’envergure, et la formation du premier pôle coopératif départemental de l’Orne la C.O.V.A.L. qui installe son nouveau siège social, boulevard de l’Expansion, à Argentan. L’activité inclue le commerce en gros de céréales et aliments pour le bétail.

En 1993, création d’ORCAL qui était toujours en activité en 2006. En 2013, le journal Ouest-France titrait : « Céréales Baladeuses et silo surcoté ». Six ans d’instruction et une série d’expertises avaient été nécessaires pour que le dossier judiciaire de l’ex-coopérative Agricole ORCAL arrive devant le Tribunal Correctionnel…. Le reste est sans intérêt pour nous passionnés de belles images du passé et de belles réussites locales.

Serge Schéhadé [Camembert-Museum, première édition le 15 octobre 2018]

-------------------------------------------

Creuse-208nv (StMartial 08) Creuse-255nv (Stmartial-55) Creuse-200nv (StMartial-01)

Pourquoi un tel contenu (Le Caïd, Etiq 1) pour une étiquette de camembert fabriqué à Bourganeuf ? La réponse se trouve dans un livre " LE TURC ET LE CHEVALIER" publié en 2004. Sur l'étiquette (2) la tour à gauche porte le nom de "Tour Zizim". Deux autres étiquettes dont celle-ci (Etiq 3) portent la croix de St Jean (dite aussi Croix de Malte).

23 bourganeuf lechateau

Après la mort du sultan Mehmed II en 1481, le prince Djem (dit Zizim) est battu dans la guerre de succession qui l'oppose à son frère Bayezid (qui règnera de 1481 à 1512). Djem, après un séjour en Égypte et une nouvelle tentative pour évincer son frère, se réfugie à Rhodes auprès des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem (qui deviendront plus tard chevaliers de l'Ordre de Malte). Ces derniers négocient avec Bayezid et acceptent de le placer en résidence surveillée. Djem séjourne en Savoie, en Limousin puis en Italie où il meurt en 1495. Djem arrive à Bourganeuf en février 1484 pour quelques mois avant d'être déplacé dans plusieurs commanderies locales ; il revient à Bourganeuf en juillet 1486 et en repart en novembre 1488 pour l'Italie.

[par Maguy et Jean-Louis Rommevaux]

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 17/10/2018

Creative Commons Licence
Camembert Museum by http://www.camembert-museum.com/ is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.