Vimoutiers, Marie Harel et Moi.

vimoutiers-61.jpg

Ici, au temps des Gaulois, une forêt de chênes centenaires et de hêtres s’étendait à la place de l’actuel Pays d’Auge. Au IVème siècle, une modeste église fut construite sur les bords d’un cours d’eau qui s’appelait et qui s’appelle toujours «La Vie». Autour de l’église, la ville prit alors le nom de «Vicus Monasterii» ce qui signifie le bourg de l’église, avant de s’appeler définitivement Vimoutiers au XIXème siècle.

Ah! Vimout comme nous l’appelions avec la famille et les copains… «Tu vas à Vimout ce week-end ? Non ? Bon ! Tu me refiles les clés alors» C’était notre havre de paix à nous parigots stressés… Que de souvenirs et que du bonheur… Ici point de monuments marquants et inoubliables. Tout a été presque détruit par les américains pendant la seconde guerre mondiale. La richesse de cette cité, si vous voulez tout savoir, ce sont ses hommes et ses femmes travailleurs, rudes et infatigables, ainsi que cette nature omniprésente qui aura toujours son mot à dire. Et puis la floraison des pommiers au mois de mai ! Quel régal pour les yeux ! Cela ne dure que quinze jours, mais suffit à mon bonheur. Les gens d’ici, il faut prendre le temps de les connaître et leur laisser à eux aussi le temps de vous jauger et peut-être de vous apprécier. La confiance et l’amitié ça se mérite. Calme et authenticité, c'est aussi ça le vrai charme de Vimoutiers... Aussi loin que se porte votre regard, tout est à vous. Enfin, une petite pensée à mon ami Georges Bonnet et à tous les autres : amis, voisins, commerçants que j’apprécie énormément. Sans oublier le magasin de bricolage, le passage obligé de tout parigot qui se respecte, surtout après les dégats de l'hiver, Vacher et ses croissants fondants, servis à l'accent so britishhhh. Bon ! maintenant parlons de choses sérieuses … Parlons fromage… Je voulais surtout dire camembert.

Blanchon-40nv (Vimoutiers 40) Orne-324 DuvalAline.jpg Orne 661nv Courtonne-01.jpg Orne-626nv

Houdayer1.jpg Houfayer2.jpg orne-09.jpg Motté-01nv (vimoutiers 01) Blanchon-60nv (Vimoutiers 60) gourmandise-0063.jpg

Blanchon-50nv (Vimoutiers 50) chatvimout-5.jpg Blanchon-72nv (Vimoutiers 72) Blanchon-76nv (Vimoutiers 76) Orne-240nv orne-416.jpg

Fleury-Houdayer (Vimoutiers-6nv) Orne-357Anv orne-353.jpg 21avant.jpg Fleury-M03nv (Vimoutiers-m3) Fleury-M01nv (vimoutiers m1)

orne-06.jpg Orne-06b Blanchon-17nv (Vimoutiers 17) Blanchon-15nv (Vimoutiers 15) Leluaux-01nv (Vimoutiers 61) Blanchon-21nv (Vimoutiers 21)

orne-426.jpg chatvimout-1.jpg Blanchon-53nv (Vimoutiers 53) orne-429.jpg Blanchon-80nv (Vimoutiers-80) orne-430.jpg

orne-323.jpg Orne-12 Blanchon-83nv (Vimoutiers 83) Houdayer-3nv (Vimoutiers) Leconte-01nv (Vimoutiers 01) Guerin-Dufour-1

Decaux-01nv (vimoutiers) Blanchon-70nv (Vimoutiers 70) Blanchon-30nv (Vimoutiers 30) Blanchon-01nv (Vimoutiers 01) orne-364.jpg Blanchon-62nv (Vimoutiers 62)

Annee Cyril (Vimoutiers 1nv) Blanchon-25nv (Vimoutiers 25) Dauvin-04nv (Vimoutiers 10) Blanchon-44nv (Vimoutiers 44) Desirey-01nv (Vimoutiers 17)

La fabuleuse histoire de Marie Harel :

Laboureur chez Jean Perrier, fermier du domaine de Beaumoncel, Jacques Harel épousa le 10 mai 1785 à Camembert Marie Catherine Fontaine, dont le père, Jacques Fontaine était apparenté à Jean Perrier. Marie Harel Fontaine fut engagée par Jean Perrier, qui lui confia les travaux de laiterie : Soins du laitage, fabrication du beurre et du fromage selon la coutume locale, et aussi la vente de ces produits sur les marchés de Vimoutiers et Argentan. En 1791, un prêtre réfractaire s’en vint demander asile à Beaumoncel, où il séjourna discrètement. L'un des petits-fils de Marie Harel-Fontaine, Victor Paynel raconte : « C’est ce prêtre qui, ayant observé ma grand-mère qui fabriquait ses fromages, lui enseigna une recette qu’il connaissait ». C’est en suivant ses indications que Marie Harel Fontaine créa un nouveau fromage. Différent de sa fabrication habituelle par la mise en forme du caillé, sans le briser et l'égoutter au préalable, et à l'aide d'un pochon (sorte de louche). L'égouttage de ces fromages était très lent (plus de 48 heures) ; la pâte en était tendre et souple, le salage léger; après une semaine, la surface se couvrait d'une mince pellicule grasse, bientôt recouverte par une fine moisissure aux reflets bleuâtres. Ce fromage était moins gros, il demandait moins de lait que la fabrication habituelle. Les premiers essais furent consommés au domaine, les conclusions favorables à leur poursuite, et à un essai de vente sur le marché de Vimoutiers. Les nouveaux fromages y furent appréciés. La fabrication était lancée; on constata bien vite que la vente en était plus facile, avec un temps de fabrication réduit et un meilleur rapport qu'avec le traditionnel « angelot ». Mais de nombreuses difficultés durent être surmontées. Ces fromages étaient fragiles; leurs manipulations exigeaient de nombreuses précautions ; ils étaient plus sensibles à la chaleur et aux insectes, et le soleil était leur ennemi. La saison chaude venue, il fallait arrêter cette fabrication très fragile pour la reprendre avec les températures plus fraîches de l'automne. Entre temps fut reprise la fabrication de l'angelot.

Marie Harel-Fontaine initia ses trois filles à la fabrication du beurre et des fromages, "Angelot" et "Camembert". En 1798, elle créa un dépôt de vente en Argentan, chez Madame Trouvé, rue de l’horloge. Les trois ménages : Paynel, Jouenne et Serrey, poursuivirent la fabrication des fromages et contribuèrent à la vulgarisation du Camembert, ainsi que les petits enfants et Madame Morice, filleule de Thomas Paynel, qui établit à Lessard la première fabrique de camembert du Calvados. C'est Thomas Paynel qui introduisit le camembert dans la ville de Caen, en 1815, chez Madame Chalange, rue de la Monnaie. A cette occasion, le camembert reçut le titre de « Citoyen de la ville de Caen ». Cyrille Paynel, fils de Thomas, s’installa vers 1840 à la ferme de l'église à Mesnil-Mauger, où il fut le plus important fabricant de camemberts de l'époque. L’Association Normande décerna à plusieurs reprises des encouragements et des médailles à Maurice Paynel, notamment en 1846. [Extrait du mensuel Le Pays d'Auge]

 


vimoutiers-3-1.jpg

Liste de laitiers, fromagers, fabricants ou affineurs de fromages de VIMOUTIERS (61):

ANNÉE. C. [FROMAGERIE DE LA FAUVETIÈRE] BARBIER PAUL [LES PRÈS-GATEAUX] BENOIST ANDRÉ, MME VEUVE [FROMAGERIE GUÉRIN-DUFOUR] BISSEY. H. [FROMAGERIE DE LA CLOSÉE] BLANCHON DANIEL [CAVES D’AFFINAGE, RUE DE LISIEUX] BLANCHON MARCEL [FILS DE MAURICE BLANCHON] BLANCHON MAURICE, BLANCHON GUSTAVE. [FROMAGERIE DE LA CLOSÉE] BONNEAU [LAITERIE DES PRÈS GATEAUX] [1933-1936] COURTONNE ALBERT. [VIMOUTIERS] COURTONNE-GRANDIÈRE [VIMOUTIERS] COUTEAU JACQUES [MME] [VIMOUTIERS] DAUVIN [En 1955, la laiterie fromagerie de Vimoutiers est acquise par Monsieur Dauvin, qui va la garder quatre ans, avant de la revendre à Gabrielle Fontaine] DECAUX ANGÉLINA [FILLE DE MME E. PERRINE, VIMOUTIERS] DÉSIREY GUSTAVE (CAVEUR ). [VIMOUTIERS] DESVAUX. A. [FROMAGERIE DE LA FAUVETIÈRE, VIMOUTIERS] DESVAUX CHARLES [FILS DE VICTOR, INSTALLÉ À SAINT-GERMAIN DE MONTGOMMERY] [VIMOUTIERS] DUVAL ALINE [FROMAGERIE DU PARC BOURETTE] FLEURY LÉOPOLD. [VIMOUTIERS] FLEURY MARIUS. [VIMOUTIERS] FONTAINE GABRIELLE [FILLE FONTAINE-BLANCHON] FONTAINE-BLANCHON [LAITERIE, FROMAGERIE DE VIMOUTIERS, 61AA] FOREST CONSTANT. [FROMAGERIE DU CARREFOUR, VIMOUTIERS] FOREST PIERRE. [Fromagerie fondée en 1922 à Vmoutiers] FOUQUIER. F. [MARCHAND DE FROMAGES EN GROS, VIMOUTIERS] GAILLARD. [VIMOUTIERS] GRAFFE JEAN-BAPTISTE. [VIMOUTIERS] GRAFFE & CIE. [VIMOUTIERS] GRESEL JULES. [LAITERIE DES PRÈS-GATEAUX : Par jugement en date du 09 avril 1936, le Tribunal de Commerce de Vimoutiers déclarait en état de faillite ouverte, M. Gresel Jules, fromager demeurant à Vimoutiers, et nommait M. VILLY, juge-commissaire et M° Le Roch syndic. Il fixait provisoirement au 1er avril 1936, la date de la cession des paiements. le greffier du tribunal, René Senecal. (2) Tribunal de Commerce de Vimoutiers, Faillite GRESEL Jules, marchand-fromager à Vimoutiers. Les créanciers du sieur GRESEL Jules Joseph Marie, marchand-fromager demeurant à Vimoutiers, demeurant rue des Prés-Gâteaux, sont informés que le dépôt de l’état des créances prescrit par l’article 494 du code du commerce, a été effectué le 06 juillet 1936 au greffe du tribunal de commerce de Vimoutiers, et qu’ils ont un délai de huit jours à compter de la présente insertion pour formuler des contredits ou des réclamations. Le greffier du tribunal, René Senecal] GRIGY. [VIMOUTIERS] GUÉRIN-DUFOUR. [VIMOUTIERS] GUÉRIN-DUFOUR. A. BENOIST/ A. RICHER [GENDRES & SUCCESSEURS, VIMOUTIERS] HOUDAYER SUZANNE. [VIMOUTIERS] HUE RENÉ [NÉGOCIANT, VIMOUTIERS] JOUENNE. [VIMOUTIERS] JOURDAIN MME VEUVE [LIVAROT MARQUE LE VIEUX MOUTIER, VIMOUTIERS] LAYNEL. [VIMOUTIERS] LEBATARD CLÉMENT. [VIMOUTIERS]

Vimoutiers-5 (capitale du fromage)

LECONTE JULES [Jules Louis Leconte est né à la Chapelle Haute-Grue, le 20 mars 1912. Activité attestée dans l’ndustrie fromagère entre 1924 et 1944 (Affinage de Livarots, Petits-Lisieux et mignonnets). En 1930, Jules Leconte remporte une médaille d’or pour son Petit Lisieux au Concours Général Agricole de Paris. En 1936, Leconte de Vimoutiers, est classé deuxième, au palmarès du Concours d’Alençon pour son livarot, juste derrière Maurice Blanchon. Nous ignorons si c’est sa marque de livarot « Tentation » représentant une souris tentée par un fromage sous cloche qui est primé ou un autre fromage. Décédé à Vimoutiers le 20 septembre 1978] LE GALCHER-BARON [LES PRÈS GÂTEAUX, VIMOUTIERS] LELUAUX ET FILS [LA FAUVETIÈRE, VIMOUTIERS] MOTTÉ JULES [AFFINEUR DE LIVAROTS, FROMAGERIE DU CARREFOUR, VIMOUTIERS] PAPILLON MADAME. [FERME DE LA GOSSELINAIE, VIMOUTIERS] PERRET FRÈRES. [VIMOUTIERS] PERRINE. E. [En 1866, madame Perrine acquiert une blanchisserie, rue du Pont Vautier et y aménage une fromagerie avec des hâloirs, qui sera reprise par sa fille Angelina Decaux au début du 20ème siècle] PIERRE. O [AFFINEUR, RUE AMELIN] POUSSIN. [VIMOUTIERS] RICHER ABEL. [VIMOUTIERS] SEIGNEURET FERNAND [SUCCÈDE À MME PAPILLON, VIMOUTIERS] SELLOS MARIE [NOM DE JEUNE FILLE DE MME PAPILLON, LA GOSSELINAIE, VIMOUTIERS] SOULOY. F. [FERME DE LA GOSSELINAIE, JUSQU’EN 1912, VIMOUTIERS] THIBOUST ANDRÉ. [VIMOUTIERS] VORILLON JEAN. [FROMAGERIE DE LA FAYETTE, VIMOUTIERS : Jusqu’en 1928, la fromagerie appartenait à la famille Guérin-Dufour. Cette même année, elle est cédée à Monsieur Jean Vorillon, qui était aussi le Président des affineurs fromagers de l’Orne. La laiterie prend le nom de fromagerie Lafayette, et se spécialise dans la fabrication de Livarot et Lisieux surfin. Médaillé 27 fois pour ses produits aux différents concours. Cessation d’activité en 1938, après 10 ans d’activité fromagère]

Vimoutiers-8 (Foires concours)

Vimoutiers : normande en costume, exposition de camemberts en 1927, photo de presse, agence Meurisse.

Liste de quelques marchands de fromages à Vimoutiers selon l'annuaire administratif et historique du département de l'Orne, édition de 1883 : Angot Pierre François, marchand de fromages. Fontaine Alexandre, marchand de fromages aux Champeaux, Hue Jean Jules Jacques à Vimoutiers, Lenoir Erumence, marchand de fromages à Vimoutiers, Routier Alexis à Vimoutiers, et enfin Toutain Emmanuel, marchand de fromages à Vimoutiers.

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 13/06/2020