Laiterie de Prin-Deyrancon 79

Laiterie

LAITERIE COOPÉRATIVE DE PRIN-DEYRANCON [79]

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Créée en 1892, cette laiterie est située près du village qui lui donne son nom, dans la commune de Deyrançon et à 40 mètres environ de la station de Prin-Deyrançon (Ligne de Niort à La Rochelle). Le nombre de ses sociétaires était, au 31 décembre 1895, de 91;

Les bâtiments, qui ont été spécialement aménagés pour la laiterie se composent : d’une chambre pour la machine, d’une salle pour la fabrication du beurre, d’un bureau, d’un magasin renfermant les objets nécessaires aux besoins de l’usine. Il existe en outre des greniers, quais, hangars, citernes, etc.  Le matériel comprend une machine de force de 5 chevaux, 2 écrémeuses Laval ayant chacune un débit de 350 litres à l’heure, une baratte danoise, un malaxeur, un bassin à lait et deux à petit lait, un réchauffeur, un réservoir à eau froide, 12 bidons et 6 bacs à crème.
Tous ces instruments ont été achetés en février 1892 et ont coûté 7500 francs. L’écrémage du lait se fait le matin à 6 heures. La crème est conservée en toute saison pendant 20 heures dans la laiterie. Le barattage a lieu également à 6 heures et dure environ une heure. Le procédé d’emballage du beurre est le même que dans les autres laiteries et la vente se fait aux halles centrales à Paris.Le personnel  de la laiterie comprend :un chauffeur, un beurrier et un comptable. Un ramasseur apporte chaque jour le lait dans une charrette; sa tournée ne dure pas moins de quatre heures. La quantité de lait fourni pendant les différents mois de l’année 1895 a été de 315989 litres. Celle de beurre de 15984 kilogrammes, 500. Le rendement moyen du lait en beurre a été de 19 litres, 76 au kilo, et le prix moyen de vente 2 franc, 27 le kilo. Les vaches qui fournissent le lait appartiennent en grande partie à la race Parthenaise; leur alimentation se compose de foin naturel et artificiel et de son mélangé avec des betteraves.
Les dépenses d’installation de l’usine se sont élevées à 18.000 francs. Elles ont été couvertes par un emprunt au taux de 4 francs, 50 pour cent remboursable tous les mois par 100 francs par voie de tirage au sort, selon les ressources de la société, et à l’aide d’un prélèvement de 1 centime par litre de lait fourni par les sociétaires.
Les frais divers de la société sont les suivants :
Emoluments des employés : 993 francs, 50
Emoluments du ramasseur : 444 francs
Dépenses du moteur  (achats de charbon et huile) 650 francs
Frais d’emballage : 570 francs.
Les transports par chemin de fer reviennent à 96 francs les 1000 kilos, et les commissions aux mandataires ou aux dépositaires à 3 francs, 70 par 100 kilos de beurre vendu.
 
(Extrait de l’Etude sur les Beurreries Coopératives et l’industrie laitière dans le département des Deux-Sèvres par A Rozeray, paru en 1900).(Collection : M. Gousseau)

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 10/03/2014

Licence Creative Commons
Camembert Museum de Serge Schéhadé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Basé(e) sur une oeuvre à www.camembert-museum.com.