Loingtier Maurice (Courville-sur-Eure 28)

28-Loingtier

Maurice Loingtier est né le 31 mai 1892 à Janville en Eure-et-Loir. En 1901, Maurice habite à Janville avec ses parents (Réf recensement). Il épouse le 1er juillet 1918 à Boissey, Mlle Yonne Fernande Edith Bisson.

En 1921, Maurice Loingtier, marchand de fromages à Chartres, est victime d'un grave accident automobile. Se rendant en auto, boulevard Herbet-Fournet, où il devait reprendre sa femme venue voir leurs deux enfants en nourrice chez Mme Colombe, allée Lemercier. Pour gagner du temps au départ, il voulut faire virer sa voiture sur le boulevard, mais en travers de la chaussée, le moteur s'arrêta. M. Loingtier descendit et le remit en marche, mais il avait oublié de ramener le levier de changement de vitesse au point mort et à peine eut-il tourné la manivelle que l'auto bondissait en avant, le repoussant contre le mur de la maison de M. Vidal, cimentier. Le malheureux poussa alors des cris terribles et de nombreuses personnes se portèrent à son secours. Il fut dégagé avec précaution, mais il se plaignait d'atroces douleurs dans le ventre. Il eut la force de demander qu'on aille prévenir sa femme chez Mme Colombe. Transporté au domicile de M. Julien Foucault, il reçut les premiers soins de M. le docteur Loisnel accouru aussitôt, lequel jugeant son état très grave, ordonna son transfert à la clinique de la Providence, rue du Bonfrillier. M. le docteur Ouvry appelé reconnut l'urgence d'une opération qui fut faite immédiatement. L'état du blessé semble un peu amélioré quoique toujours grave.

Dans ces années 1920, Maurice Loingtier est marchand de fromages, à Courville-sur-Eure, 50 Faubourg Saint-Pierre. Le dépôt de vente en gros est situé 6 Faubourg Saint-Jean à Chartres. La vente au détail se faisant 16 rue du Cygne toujours à Chartres. On y trouve du beurre, de la crème, des fromages de Beauce, du camembert, ainsi que d’autres fromages. Il est récompensé de 5 médailles d’argent et deux de bronze entre 1922, 1923, 1924.

Dépôt aussi de la marque de camemberts « Notre-Dame-de-Chartres » le 24 avril 1924.

Le 11 juillet 1927, Maurice Loingtier et son épouse Yvonne Bisson, reprennent la laiterie fromagerie de Saint-Hilaire de Briouze dans l’Orne à M. Eugène-François Bosseur. Comme l’exige la loi, Maître Duboust, notaire, fait insérer la publication suivante dans la presse : Suivant actes reçus par Maître DUBOUST, notaire à Saint-Hilaire-de-Briouze, le 11 juillet 1927, enregistrés à Briouze le 13 du même mois, folio 138, numéros S6S et 869, M. Eugène-François BOSSEUR, industriel, demeurant à Saint-Hilaire-de-Briouze, a vendu par l'intermédiaire de la maison Boré et Portal, 14 rue de Turbigo à Paris, à M. Maurice-Paul LOINGTIER, fabricant de fromages, et Mme Yvonne-Fernande Edith BISSON, son épouse, demeurant ensemble à Chartres (Eure-et-Loir), faubourg Saint-Jean n° 6. le Fonds de commerce de fabricant de fromages qu'il exploite au lieu-dit le Moulin de Saint-Hilaire, commune de Saint-Hilaire-de-Briouze, comprenant le nom commercial, l'achalandage, la clientèle y attachés, les objets mobiliers et le matériel industriel servant à son exploitation, les marchandises en magasin et généralement l'organisation commerciale. L'entrée en jouissance a été fixée au 16 Juillet 1927. Les oppositions devront, s'il y a lieu, être faites dans les 10 jours de la seconde insertion, en l'étude de M° DUBOUST, notaire à Saint-Hilaire-de-Briouze, où domicile a été élu. Pour première insertion DUBOUST

En 1928, le couple Loingtier-Bisson divorce. Maurice Loingtier est contraint de céder ses parts dans la fromagerie de Saint-Hilaire-de-Briouze à sa femme Yvonne. Il va se remarier à Chartres le 25 février de cette même année avec Germaine Eugénie Marie Maressal (1901-1979).

En 1933, M. Loingtier va vendre sa laiterie fromagerie située 50 rue Aristide-Briand à Courville à M. Le Provost.

M. Loingtier est décédé le 28 décembre 1961 à Lorris (Loiret).

Serge Schéhadé (Camembert-Museum, le 03 juin 2020)

 

 

Date de dernière mise à jour : 03/06/2020