Dufay Henri à Montreuil-au-Houlme, puis à Saint-Brice-sous-Ranes & Ménard-Dufay, ferme de Laubaderie à Saint-Pierre-la-Rivière (61)

Dufay Henri (Montreuil-Houlme-hnv) Dufay Henri (Saint-Brice 01nv)

FROMAGERIE HENRI DUFFAY par Gérard Clouet.

Voilà une famille de fromager dont la production est restée  en permanence une production fermière et dont  l'activité a perduré dans les différents lieux où elle s'est installée au gré des fermages disponibles. Henri Duffay est issu d'une famille de tisserand d'Athis (61) où il est né en 1867. Comme les tourneurs en bois de leur coté, il subit la crise que connaît aussi la profession de tisserand en milieu rural à la fin du XIXème. Il va donc changer de métier et lors de son incorporation au 39ème de Ligne à Bernay (27) il mentionne être domestique en agriculture. A sa démobilisation en 1891, il va offrir ses services dans des fermes du Calvados, d'abord à Ammeville en 1892, puis Montpinçon en 1893.Ces deux communes sont connues pour leurs familles pionnières dans la fabrication du fromage. Il est donc très probable qu'il  y ait, à l'occasion, appris le métier.

Après son mariage avec Augustine Delacour (1872-1944) native de Saint Marc d'Ouilly (14), il s'installe à la ferme du bois de Flers  sur la commune  éponyme (61). Il y  prend la suite de Lucien Martin qui est allé créer une fromagerie à Berjou (61)*1. Sa première fille prénommée Augustine, comme sa mère, naît dans cette ferme en 1896 et Henri Dufay indique à cette occasion en mairie être « fabricant de fromage ». Il quitte Flers et prend une autre ferme au lieu-dit « La Bruyère » sur la commune de Montreuil au Houlme (61) où  lors de la déclaration de naissance de sa seconde fille Marie en 1899, il mentionne exercer le métier de cultivateur. Une troisième fille Alice naît en 1903. Les recensements de 1906 et de 1911 confirment sa présence à « La Bruyère » et précisent qu'il est fabricant de fromage.Il bénéficie de l'aide de deux domestiques en 1906, puis d'un seul en 1911. Une plaque en fonte moulée apposée sur sa carriole atteste de cette profession : « Henri Dufay marchand de fromages à Montreuil en  Houlme canton de Briouze ».

Plaque img 1022 3252nv Saint-Brice-sous-Ranes (famille Dufay 1 copie 3250)

La production de fromage est écoulée localement avec une  étiquette à bordure rouge portant la  mention « ferme de Bellevue ».

La période de la Grande Guerre n'est pas documentée, cependant en 1921 la famille au complet fait toujours valoir la ferme de La Bruyère  en tant qu'agriculteurs.

La fille aînée Augustine  quitte la ferme familiale après son mariage en 1922 au Montreuil au Houlme avec Etienne Ménard.  Le couple part s'installer en 1923  sur la  ferme de «  Laubaderie » à Saint Pierre la Rivière (61) à proximité d'Exmes et fabrique lui aussi du fromage *2.

Pendant ce temps Henri Dufay, sa femme et ses deux dernières filles emménagent dans une ferme qu'il acquiert  sur la commune de Saint Brice sous Ranes (61) au lieu dit « La Barbotière » où ils poursuivent la fabrication de fromage même si, lors des recensements de 1926 à 1936, seule la profession de cultivateurs est mentionnée. Le graphisme de l'étiquette qui identifie leur production est identique à celle du Montreuil au Houlme mais cette fois la bordure en est bleue. Henri Dufay  écoule l'essentiel de sa production sur le marché de La Ferté-Macé où il se rend chaque jeudi avec son automobile Peugeot*3. Il y vend aussi des cochons de lait*3.

Les deux étiquettes qui jalonnent la fabrication de fromage par la famille Dufay  ont  été produites  par Grange & Guy 55 avenue du Maine à Paris, ce qui indique qu'elles ont été imprimées entre 1905 et 1925. Henri Dufay, son épouse Augustine et leur fille Marie ont connu une fin tragique. En pleine débâcle des troupes allemandes, ils ont été assassinés dans leur ferme de « La Barbotière »  le 17  août 1944 *4 en même temps que trois autres personnes (madame Dos Santos, son fils Iris 12 ans, et Louis Ripeaux, le jeune commis de 15 ans. Ces meurtres, faute de témoins directs et d'enquêtes judiciaires, ont fait localement l'objet  d'hypothèses qui n'ont jamais pu été démontrées.

Presque 10 ans vont passer avant que des éclaircissements soient enfin apportés au sujet de ce drame. En 1952  Etienne et Augustine Ménard  ayant cédé leur ferme de Lauberderie à Saint Pierre La Rivière à leur fils Henri, ils  se retirent  en 1953 à Saint Brice-sous-Ranes à « La Barbotière ».

C'est là qu'ils reçoivent en juin de cette même année la visite d'un « Malgré Nous »  qui a fait le voyage depuis l'Alsace en moto. C'est à cette occasion selon les témoignages de la famille Ménard, qu'ils recevront ses confidences car il tenait à expliquer à Augustine Ménard les circonstances du drame. La famille Dufay a été assassinée par des soldats allemands battant en retraite  après avoir découvert à la ferme deux « Malgré Nous » déserteurs : lui et un camarade. Accusée de les avoir aidés  la famille  Dufay a été massacrée en représailles ainsi que l'ensemble des personnes présentes à ce moment là et il a été ordonné aux deux déserteurs de dissimuler les corps.  Il a précisé également  dans quelles conditions lui et son camarade  ont pu échapper au sort funeste qui leur était réservé. Le groupe de soldats allemands  qui les emmenait a été capturé peu de temps après, lors de leur repli, par des soldats américains, évitant ainsi aux  deux  déserteurs d'être à leur tour exécutés, comme l'ont été nombre de « Malgré Nous » qui tentaient de recouvrer leur liberté en désertant*5.

Sourcebs : *1 Voir la notice Berjou du même auteur. *2 Voir la notice Ménard Dufay du même auteur. *3 Communications personnelles Denis Françoise, arrière petite fille de Henri Dufay. Saint Pierre d'Entremont avril, mai 2018, février 2019. *4 Les victimes civiles de l'Orne. Gérard Bourdin et Bernard Garnier. Centre de recherches d'histoire quantitative. CNRS. 1994. Éditions du Lys. Pp 41, 87,94. *5 Bulletin de liaison des amis du mémorial de l'Alsace Moselle. Jean Bézard. P.18. N° 21.Mars 2013.

Gérard Clouet [Camembert-Museum, le 31 mars 2019]

 

Menard Dufay 1 (SP-La-Riviere 1nv) Saint pierre la riviere menard dufay 61

FROMAGERIE MÉNARD ÉTIENNE ET DUFAY AUGUSTINE par Gérard Clouet.

Fille aînée  d'une famille de fromagers fermiers, Augustine DUFAY épouse  en 1922 au Montreuil-au-Houlme (61) Étienne Ménard, né en 1896 à Faverolles, une commune proche. Pendant la Grande Guerre il est appelé en septembre 1916 au 101ème Régiment d'Infanterie caserné à Dreux. Il est libéré  en septembre 1919 titulaire de la croix de guerre avec étoile de bronze.

Le couple s'installe en 1923  sur la  ferme de « Laubaderie » à Saint Pierre la Rivière (61) à proximité d'Exmes et fabrique du fromage  qui est vendu au marché de Gacé.*1 . Il est livré sous une étiquette Ménard-Dufay au graphisme identique à celles utilisées par son père Henry Dufay au Montreuil au Houlme  puis à Saint Brice sous Ranes*2. Les étiquettes du couple Ménard-Dufay ont été produites par Grange & Guy 55 avenue du Maine à Paris, ce qui indique qu'elles ont été probablement imprimées avant 1925.

C'est Augustine, expérimentée par ses années passées à aider ses parents, qui  fabrique mais il semble que la production de fromage  se trouve peu à peu délaissée au fil du temps. Le couple est toujours présent  sur la commune lors du recensement  de 1946 avec leur fils Henri né en 1927.

En 1952, Henri Ménard prend la succession de ses parents sur la ferme de « Laubaderie » . Ces derniers se retirent  alors en 1953 à  Saint Brice sous Ranes (61) dans la ferme de « La Barbotière » où les parents d'Augustine et sa sœur Marie ont eux aussi produit des fromages et où ils ont connu une fin dramatique en août 1944*2.

C'est dans cette ferme que Étienne Ménard décède en 1969 et Augustine en 1979. Les petits enfants d'Augustine ont gardé un souvenir vivace de cette grand-mère qui a continué à fabriquer des fromages frais jusqu'à l'âge de 82 ans. Et à les en croire..... ils étaient fameusement bons*1 .

Sources : *1 Communications personnelles Denis Françoise, arrière petite fille de Henri Dufay.  Avril et mai 2018, février 2019. *2 Voir la notice  Henry Dufay du même auteur.

Gérard Clouet [Camembert-Museum, première publication le 31 mars 2019]

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 21/05/2019

Creative Commons Licence
Camembert Museum by http://www.camembert-museum.com/ is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.