Historique de la fromagerie Pottier-Lebourgeois, au Domaine de Montaudin, Mesnil-Bacley (Calvados 14)

14-Pottier-Lebourgeois(nv)

FROMAGERIE POTTIER-LEBOURGEOIS [DOMAINE DE MONTAUDIN] MESNIL-BACLEY 14.

Juliette Lebourgeois (1878-1959), était la fille de Monsieur Auguste Lebourgeois, un grand industriel fromager de Boissey. Ernest Pottier (1875-1921) était marchand de bestiaux. Vers 1895, les deux jeunes gens décident de s‘unir, puis de s’installer, en louant la ferme de La Perelle à Livarot. Ils y fabriqueront et affineront du fromage livarot, avant de se tourner quelques années plus tard vers un fromage en très forte demande : le camembert. Le couple aura une fille unique, Valentine, qui épousera le Vicomte Bernard d’Arche de Pessan, capitaine de cavalerie, mort en 1940, aux environs de Troyes, à la tête de son Escadron.   

À l’étroit dans leur ferme de Livarot, ils décident de transférer leur petite affaire et de faire construire une fromagerie au lieu-dit Montaudin, au Mesnil-Bacley. En 1910, le couple Pottier-Lebourgeois s’installe dans son nouveau Domaine de Montaudin, d’une superficie de 85 hectares, planté de pommiers à cidre, comme dans de nombreuses fermes du Pays d’Auge. Le Domaine comprenait un atelier de fabrication, un hâloir, une chaufferie, une porcherie, trois logements, une écurie, ainsi qu’un garage et une cave. Des améliorations et des investissements successifs verront le jour, avec la construction d’un bureau vers 1924, la construction d’un réfectoire et de magasins vers 1927, et enfin la construction d’une maison vers 1943. On raconte souvent que c’était Juliette, l’épouse, qui s’occupait des rudes tâches de la fabrication, car elle avait le savoir-faire de son père. Quant à Ernest, il était paraît-il doué pour le négoce. Cette information est cependant difficilement vérifiable.

maisonpottier-02.jpg maisonpottier-01.jpg

Pendant la Première Guerre Mondiale, la fromagerie Pottier transformait quotidiennement 3200 litres de lait au lieu de 6000 litres avant la guerre. Les fromagers, grands consommateurs de lait, étaient à cette époque à tort ou à raison accusés de priver les enfants de lait et de contribuer à la cherté du coût des produits laitiers. En août 1918, Monsieur et Madame Pottier comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Lisieux pour spéculation illicite sur les fromages. Un détaillant de Paris, M. Mercier, vendait 2,20 francs, les camemberts envoyés par le fromager de Mesnil-Bacley, alors que le cours aux Halles de Paris était de 150 francs le cent. Après le réquisitoire du substitut, Monsieur Lhuillier, et la plaidoirie de Maître Pénard, avocat à la Cour d'appel de Caen. l'affaire fut mise en délibéré. En 1921, Ernest Pottier décéde à l’âge de 46 ans.

maisonpottier-03.jpg maisonpottier-04.jpg

L’Histoire du détournement de lait en mars 1926 : «Depuis un certain temps, des détournements de lait étaient constatés chaque jour au détriment de la fromagerie Pottier, de Mesnil-Barcley. La surveillance exercée, a démontré la culpabilité du nommé Louis Philippe, 20 ans, garçon laitier, au service de la maison. Interrogé,celui-ci a en effet, reconnu que, depuis deux mois, il détournait une douzaine de litres de lait par jour qu'il remettait à la veuve Viel, née Blanche Besnier, cultivatrice à Saint-Gervais-des-Sablons, hameau de Bellevue. Cette dame Viel aurait retiré un bénéfice de 576 fr. sur lesquels Philippe déclare avoir reçu 50 fr. au début de mars. D'autre part, il dit avoir remis cette somme pour dédommager le laitier d'un bidon de lait renversé par lui et que la maison lui aurait fait rembourser. En outre, Philippe forçait la livraison pour dédommager la dame Viel qui lui servait du chocolat au lait tous les matins. Philippe a été arrêté et conduit à la prison de Lisieux».

Après le décès de son époux, Juliette Pottier dirigera l’affaire toute seule et continuera à tenir, par la qualité de ses fromages, la tête du marché parisien jusqu’en 1932. Madame Pottier continuera à faire tourner son usine jusqu’en 1950, date à laquelle elle décide de vendre aux Ets Georges Bisson de Livarot. Madame Pottier décédera en 1959.

DÉPÔTS DE MARQUES : Le 25/08/1900. "CAMEMBERT À LA COURONNE". t Marque déposée au Greffe du Tribunal de Commerce de Lisieux, par M. Ernest Pottier, fabricant à Livarot. Le 19/10/1912. "CAMEMBERT POTTIER-LEBOURGEOIS" Marque déposée au greffe du Tribunal de commerce de Lisieux, par Pottier-Lebourgeois de Mesnil-Bacley (Calvados). Le 19/10/1912, "CAMEMBERT DOMAINE DE MONTAUDIN" Marque déposée au Greffe du Tribunal de Commerce de Lisieux par Pottier Ernest de Mesnil-Bacley (Calvados).

Etiquettes & Documents divers de la Fromagerie Pottier-Lebourgeois :

pottier-ernest-10.jpg Pottier-Ernest-10b pottier-ernest-09.jpg 

pottier-ernest-11.jpg pottier-ernest-13.jpg pottier-ernest-12.jpg Pottier-Ernest-14nv

pottier-ernest-15.jpg Pottier-Ernest-15b pottier-ernest-15a.jpg Pottier-E19nv

pottier-ernest-08.jpg Pottier-Ernest-08bnv pottier-ernest-04.jpg Pottier-Ernest-17

 

 Serge Schéhadé [Camembert-Museum] [Le 16 juin 2012]

 
 

Date de dernière mise à jour : 28/09/2016

Licence Creative Commons
Camembert Museum de Serge Schéhadé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Basé(e) sur une oeuvre à www.camembert-museum.com.