Brion Frères, Fromagerie de Morlaincourt (55)

55 morlaincourt brion

FROMAGERIE BRION FRÈRES, MORLAINCOURT par Serge Schéhadé.

L'histoire de cette fromagerie commence en 1882, quand Monsieur Oscar Bernard et M. Paul Brion, fabricants de fromages et de beurre à Morlaincourt dans la Meuse, décident de s'associer en formant une société en nom collectif, ayant pour but le commerce et la fabrication de fromages. Le capital de départ est de 20,000 francs. La moitié de la somme investie par Paul Brion, est avancée par son frère Marcel Brion, ingénieur des Arts et Métiers, qui a fait une partie de sa carrière dans le Nord, à Douai puis à Denain, et ensuite à Pamiers dans l'Ariège à partir de 1895. Les deux associés prennent alors en location l’ancien moulin de Morlaincourt pour une durée de 12 ans, et transforment les lieux en fromagerie (1). Quatre ans plus tard, pour des raisons qui sont souvent difficiles à déterminer, les deux associés se séparent, la dissolution de la société Bernard & Brion, fabricants de beurre et fromages à Morlaincourt est prononcée le 7 avril 1886, et c'est monsieur Paul Brion qui reprend seul la maison, acte du 10 avril 1886.

Oscar Bernard 1 Paul Brion 2 Marcel Brion 1 Marie de l Estoile 2 Robert Brion 1

     Oscar Bernard                         Paul Brion                         Marcel Brion                Marie de l'Estoile                     Robert Brion

Au recensement de la population de Morlaincourt en 1886, Paul Brion est cultivateur, il est âgé de 44ans, il y vit avec son épouse de son nom de jeune fille Maria Lafrogne, âgée de 40 ans, ainsi que de 3 domestiques. Au recensement de 1891, Paul Brion est désormais mentionné surtout comme fabricant de fromages et non plus comme cultivateur. En 1896, l’épouse de M. Brion n’est plus mentionnée. En 1901, Paul Diné, 31 ans, fromager travaille désormais pour Paul Brion et non plus à son compte. Charles Diné, 35 ans, travaille lui aussi à la fromagerie Paul Brion.

En 1892, Paul Brion qui était locataire, acquiert les bâtiments et les terrains du moulin, en les rachetant à la famille Vivinot de Ligny, preuve que ses affaires tournent plutôt bien. Ce moulin existait depuis 1212, et peut-être même depuis l’an mille. Le 29 avril 1907, Robert Brion, fils de Marcel Brion, épouse Marie de l’Estoile à Montauban. On retrouve le couple à Morlaincourt, dans la Meuse, au recensement de 1911, où apparaît Brion Robert, né en 1881 à Douai, il est chef de ménage et agriculteur. Il vit à Morlaincourt avec son épouse Marie, née en 1885 à Toulouse et leur fils René né aussi à Toulouse en 1909, ainsi qu’un domestique.

Pendant la Grande Guerre (1914-18) Monsieur Diné Charles-Marie-Joseph (né en 1865) et Monsieur Diné Paul, sont toujours ouvriers fromagers chez Brion Frères à Morlaincourt, ce qui permet en ces temps difficiles à la fromagerie de continuer son activité. En 1915, une trentaine de réfugiés de la Meuse et des Ardennes sont logés gratuitement à Morley, depuis septembre 1914, dans une maison avec écuries et greniers à leur disposition, par Monsieur Georges Brion, fromager à Morlaincourt, près de Ligny (2).

En 1925, (juillet) M. Robert Brion, agriculteur, fabricant de fromages, maire de Morlaincourt, candidat Républicain, pose sa candidature à l’élection de conseiller général du canton de Ligny, en remplacement de M. Culot, démissionnaire. Cette même année, est célébré le mariage de Mlle Yvonne de L'Estoile, fille du capitaine de L'Estoile, chevalier de la Légion d'honneur, décoré de la croix de guerre, mort pour la France, et de la comtesse de L'Estoile; petite-fille de Mme Brion de Morlaincourt, avec M. Pierre Catmels, lieutenant au 133° d'artillerie (armée du Rhin), décoré de la croix de guerre, fils de M. Raymond Calmels, conseiller général, président de la Société d'agriculture du Lot, et de Mme Calmels. La bénédiction nuptiale a été donnée aux jeunes époux par l'abbé de L'Estoile, oncle de la mariée. Les témoins de la mariée étaient: le vicomte de L'Estoile et M. Robert Brion de Morlaincourt, ses oncles; ceux du marié: M. Trudy, son oncle, et le capitaine Glade, du 133° d'artillerie lourde. Le service d'honneur était assuré par Mlles Germaine de L'Estoile, Calmels, Schmid et Robinet, qu'accompagnaient MM. Pons d'Hauterive, Charles de L'Estoile, le lieutenant Cucherat, MM. L. de Lastic Saint-Jal et Raymond de L'Estoile. Après la cérémonie, un lunch, offert par la comtesse de L'Estoile, a réuni les parents et les amis des deux familles. (3)

Les Années 1930 : M. Pierre Wikowlasky, fromager âgé de 27 ans, est embauché en 1932 chez les frères Brion. En 1933, Robert Brion est élu juge titulaire au tribunal de commerce de Bar-le-Duc. Le 1er août 1934, il dépose la marque de fromage camembert « Mon Petit Moulin ».

Brion-551nv (Morlaincourt) Brion-553nv (Morlaincourt)

Deux étiquettes de la collection Bernard Wagner, grand spécialiste de la Meuse.

En 1936, Robert Brion, industriel fromager et maire de Morlaincourt est nommé au grade de chevalier du Mérite Agricole. C'est malheureusement aussi l'année où il perd son épouse Marie, âgée de 51 ans, décédée suite à une longue maladie. Dans le Bulletin Meusien du 27 septembre 1936, les obsèques de Marie Brion sont mentionnées et on peut y lire : "Il faut remonter bien loin pour voir pareille affluence dans ce paisible petit pays. Deux églises auraient été nécessaires pour pouvoir contenir toutes les personnes qui avaient tenu à rendre un dernier et pieux hommage à la regrettée défunte. La messe fut dite par M. Labbé Charlet, curé de la paroisse, assisté de trois prêtres. La population de Morlaincourt toute entière assistait au service funèbre, et comprenait bien entendu, tous les employés et employées de la maison Brion".

En 1939, à la Réunion du conseil municipal de Morlaincourt sous la présidence du maire Monsieur Brion, le compte administratif pour l’exercice 1938 est approuvé. En 1939 toujours, on annonçait le mariage de Mlle Andrée Brion, fille de M. Robert Brion, maire de Morlaincourt avec M. Pierre Peltier, ingénieur agronome, domicilié à Saint-Dizier.

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, Morlaincourt est occupée par les troupes allemandes. Le château de Morlaincourt devient le siège de l’administration allemande, comme en 1870. quand il fut occupé par les prussiens. En 1941, suite à la démission de plusieurs membres du conseil municipal, un arrêté est pris, publié au Journal officiel de la République Française : Considérant que le conseil municipal de la commune de Morlaincourt (Meuse) se trouve réduit à un effectif ne lui permettant pas d'assurer de façon satisfaisante, la gestion des affaires communales, Arrête : Art. 1er. — Le conseil municipal de la commune de Morlaincourt (Meuse) est dissous. Art. 2. — Il est institué dans la commune de Morlaincourt (Meuse) une délégation spéciale habilitée à prendre les mêmes décisions que le conseil municipal et ainsi composée : Président : M. Brion (Robert); membres: MM. Vautrin (Camille), Guyot (Maurice). Art. 3. — Le préfet de la Meuse est chargé de l'exécution du présent arrête. (Fait à Vichy, le 10 septembre 1941. PIERRE PUCHEU).

Nous n'avons pas réussi à ce jour à collecter suffisamment d'informations sur l'activité de la fromagerie Brion pendant la période de l'après-guerre. Nous savons seulement que suite au décès de Robert Brion en 1953, c'est sa fille Colette qui prendra la direction opérationnelle de la fromagerie. Colette Brion va également succéder à son père au Conseil municipal de Morlaincourt, après le dédès de ce dernier, comme première adjointe de Morlaincourt de 1953 à 1971, puis Maire de Morlaincourt de 1971 à 1973, et enfin première adjointe de Chanteraine de 1973 à 1989, suite à la fusion des communes de Morlaincourt, Oey et Chennevières. Colette Brion quittera ses fonctions à la fromagerie en 1965, et l'activité laitière de cette usine cessera définitivement trois ans plus tard en 1968, sans que nous ne sachions de façon certaine les raisons de cette fermeture, même si pour certains, cela s'explique par le manque d'investissement et la vétusté d'un matériel devenu peu performant.

Sources : (1) Le Messager de Paris, formation de société, 13 mars 1882. (2) Bulletin Meusien, 1915-12-10. (3) Le Gaulois, 11 mai 1925.

Tous nos remerciements à Monsieur Amaury de l'Estoile, fils de Julien de l'Estoile, petit fils de Maurice de l'Estoile, arrière petit fils de Marie Thérèse Brion épouse de l'Estoile et arrière arrière petit fils de Marcel Brion, frère de Paul Brion, fondateur de la Fromagerie, pour les informations, corrections et les photos familales qu'il a bien voulu nous confier.

Serge Schéhadé [Camembert-Museum, le 19 février 2021, première publication].
 


 

Date de dernière mise à jour : 27/02/2021