L'Armée Napoléonienne

 bataille-de-fere-champenoise.jpg 

Les Grenadiers : Hippolyte de Mauduit (1794-1862) participa à la campagne de 1815 comme sergent au second bataillon du ter régiment de grenadiers à pied de la Garde impériale. Ce régiment commandé par le Général Petit faisait partie de la 1ère division de la Vieille Garde le 18 juin. Voici le portrait d’un grenadier vu par Hippolyte de Mauduit : "Longtemps éprouvé par les marches, les fatigues, les privations, les bivouacs, par le soleil comme par les frimas, le grenadier de la Garde était sec et maigre ; l’obésité était inconnue dans nos rangs. [...] La figure du grenadier était martiale et son attitude imposante ; son teint, peu ou point coloré, mais halé ; ses joues, creuses ; son nez, proéminent et généralement aquilin ; son front demi-chauve par l’effet de sa plaque de grenadier ou rasé à l’ordonnance ; son œil vif et fier ; une épaisse et belle moustache brunie par le soleil, et parfois grisonnante ombrageait cette mâle figure...Une queue, artistement tressée et poudrée chaque matin complétait l’ensemble de cette tête modèle. Un cachet particulier de la coquetterie du grenadier de la Garde était la boucle d’oreille ; c’était sa première dépense en arrivant au corps ; elle était de rigueur."

  

Tenue et Equipements : C'est à la Révolution, que le bonnet à poil devient coiffe des Grenadiers. Il deviendra ensuite la coiffe des Grenadiers à cheval et du Carabinier à pied. Le fusil était l'arme fétiche de tous les soldats à pied de la Grande Armée. On y ajoutait une baïonnette longue de 30 cm, indispensable pour les combats de corps à corps. Dans la Garde Impériale, l'habit était beau et de qualité. En grand uniforme, les grenadiers portaient l'habit en drap bleu impérial, à collet en drap de fond, revers blanc, parements écarlates avec pattes blanches, doublure des basques écarlates, les retroussis ornés de quatre grenades brodées en laine aurore sur drap blanc, tour des poches en long figuré par un passepoil écarlate, boutons en cuivre estampés d'une aigle couronnée, contre-épaulettes et aiguillettes de laine aurore, les contre-épaulettes doublées d'écarlate ; veste blanche, boutons de cuivre ; col blanc, cravate noire ; culotte de peau de daim ou de mouton ; bottes fortes ; gants blancs à la crispin ; bonnet d'ourson sans plaque, avec jugulaires en cuivre, cordon, raquette et glands en laine aurore, grenade en laine aurore brodée sur drap écarlate au sommet, plumet rouge et cocarde aux couleurs de l'Empire (bleu, rouge, blanc à l'extérieur). Le sabre est en monture en cuivre, fourreau en cuir et cuivre. La troupe monte des chevaux noirs mais le plus souvent bai brun ou alezan foncé.

 Grenadier-1.jpeg Grenadier-2.jpeg Grenadier-3.jpeg

 

Date de dernière mise à jour : 03/05/2012

Licence Creative Commons
Camembert Museum de Serge Schéhadé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
Basé(e) sur une oeuvre à www.camembert-museum.com.